AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion














Personne ..


 

Partagez | 
 

 Midori Minfu|Fini =D|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 18:38

# Identité #




Nom :Minfu
Prénom :Midori
Surnom éventuel :beast mistress x'3
Sexe :Féminin
Age : 19 ans
Village souhaité : Kumo <'3
Poste, rang envisagé : Qu'importe mais pas genin si possible.
Affinités : Raiton

Éventuel Don ou Style spécial :
Capable de parler aux animaux.

# Apparence #

Taille :1m74
Poids : 59 kg

Description physique et vestimentaire : 10 lignes minimum

Ses prunelles ambrées sont cernées de cils noirs, trapus, fuselés, ils procurent à son regard une certaine profondeur, comparée le plus souvent à celle de la vision d’un animal. Une paire de sourcils piquants surplombe ce tout, son expression variant de l’ardeur à l’agonie, ayant côtoyé ces deux compères, Midori étayait aussi bien l’une que l’autre.
Un nez fin et légèrement retroussé est planté au milieu de ce visage aux traits saillants, abouti par deux naseaux ténus, délicats et frémissant mollement à la moindre respiration. Symétrique et discret, il possède un attrait particulier, -non celui d’un éléphant comme on a coutume d’en voir-, mais plutôt celui d’une jeune fille frêle, élancée et gracile (en apparence). Il est talonné par de fines lèvres ciselées, duveteuses et velouteuses, colorées d’un rose exquis. Adorable en somme. Ces dernières couvres un petit bec,- aux discours pompeux, par moment-, mais indolent le plus souvent, ne laissant place qu’à des affirmations courtes, tortueuses ou directes, tout dépendant de la personne visée.
Sa bobèche pointue est soutenue par un cou élancé et mince, suivi d’une paire d’épaules frêles et graciles. Ces derniers sont secondés par deux bras longs et d’une symétrie sans égale. Des mains rondes aux doigts trapus talonnent cet amas de membre. On devine à travers ses vêtements amples, sa poitrine généreuse et ses hanches larges. Soutenues par un abdomen dépourvu d’un intérêt quelconque et terminé par une petite excroissance, surnommé petit bidon Midori a toujours eu un léger complexe vis-à-vis de son abdomen.Pour perpétuer le thème de la rondeur, le haut de son corps est porté par un ensemble discordant mais qui n’en reste pas moins harmonieux. On saisi avec invraisemblance la rotondité de son derrière, de ses cuisses et de ses fins genoux : exact opposé de ses jambes fines, de ses mollets discrets et de sa voûte élancée. Un mélange homogène qui rythme sur le thème d’un charme incertain. Coté garde robe Midori n’est pas très exigeante,- loin de la jeune femme coquette- elle enfile tout est n’importe quoi, favorisant le confort au coté esthétique. Chemises d’homme, larges et confortables (celles qu’elle met le plus souvent) sinon ensemble blanc ou noir : tout dépendant de la saison. Vous l’aurez compris : MIDORI est à part, cool fun fashion (parce qu’elle le vaut bien xD)
NO plagiat ! *w*

# Caractère #

Objectifs : Vivre, simplement.
Peurs ::
L'orage, la pluie, les hommes.

Description psychologique :

Irascible, lunatique, impétueuse et sauvageonne, Midori a un caractère assez difficile.Le plus étonnant étant qu'elle parvient à cacher le tout derrière un mur de dureté.
L’allure, l’apparence, l’attitude, tout avait été moulé spécifiquement pour que rien ne transparaisse, des années d’instructions pour en arriver la, La jeune femme brodait avec aisance ses mots, ses gestes, même son physique amplifiait le thème de la fureur ubiquiste . Midori avait appris à concorder avec l’extérieur que ses aînés souhaitaient qu’elle ait, l’empreinte du désir des autres, voila ce que démontrait sa frimousse placide et ses airs hautain et flegmatiques.

Bien que la mine qu’elle se donne n’attire pas la sympathie tout de suite,Midori est une gentille fille au fond, malheureusement elle ne dévoile que très rarement ses émotions, ses troubles, ses amours, toutes ses sensations sont voilées, simultanément, conjointement, toutes sont masquées derrière un mur, invisibles. Il arrive certes que certaines réussissent à transparaître.Découverte, Midori ne peut s’empêcher d’être mal à l’aise, faisandée par le fait qu’on puisse lire en elle, si tôt que possible, ces sensations sont comme ré ingurgitées son silence se présente alors. Pile au bond moment comme à son habitude, soit un mutisme presque constant. Bien évidement la jeune femme était loin du modèle misanthrope, insociable et ignare. Midori n’affectionnait pas particulièrement la compagnie, mais elle ne blairait pas la solitude trop ténébreuse à son goût, disons qu’il lui fallait un juste milieu, quand à sa culture, la demoiselle était loin de l’analphabète ou de l’arriéré, elle avait été éduqué autour d’une certaine étiquette, salutations, présentations, manières tous résonnaient avec aisance et culturellement elle n’avait rien à envier à qui que ce soit.
La jeune fille éprouve quelques difficultés en présence de la gente masculine, elle maintient son air impassible en toutes circonstances, même en présence d'un bel homme, par contre si celui-ci s'aventure trop près d'elle, quelques embarras pourraient survenir. Comme toute les femmes Midori est complexe , bien qu'elle dispose d'un grand sang froid, elle ne peut pas mettre la bride aux effets d'un beau garçon. Mais pour cela le caractère doit y être autant que le physique.
Mal à l'aise en société " généralement", elle préfère la compagnie des bêtes de forêts ou de montagnes, qui ont - à ses yeux-, des sujets de conversations aussi passionnants que ceux des bipèdes.



# Histoire #

Quoi ? Que voulez vous exactement ? Que je vous raconte ? Mais raconter quoi ? Ma vie ? Mes idéaux ? Mes motivations et mes désirs ? Et bien, ma vie n’a pas tant d’importance que cela, il n’est pas vraiment nécessaire de la raconter. Quand à mes idéaux, je ne me range pas dans la case des utopistes à la poursuite d’un but ultime, je me contente de gambader joyeusement en en ayant que faire de ses philanthropes trop optimistes. Nous terminerons donc par mes envies,- puisque vous semblez vous intéresser à moi-, je ne porte pas le désir classique d’un accomplissement personnel, financier ou professionnel. Ces choses futiles ne représentent rien à mes yeux. Si vous saviez ce que je veux, vous me traiteriez sans doute de folle, un personnage totalement azimuté qu’on a dû faire tomber à sa naissance. Hors ce n’est pas du tout le cas ! Je suis saine de corps et surtout d’esprit. Comment ça arrête de tourner autour du pot ? Très bien puisque c’est comme ça, la seule chose que je veuille, le seul but que je poursuive, -en apparence-, l’idée qui émousse mes sens est la suivante: mourir. Simplement, je ne souhaite pas me donner la mort, ni qu’un étranger me la donne, je veux mourir de Sa main de Lui seul et de personne d’autre.
°°°

Autobiographie :

Chapitre I : Entre allégresse et affliction.

Ma vie je l’avais raté. Totalement foirée, du début à la fin. Cette fin si exquise que j’allais moi-même exécuter. Mon existence avait tout l’air d’un échec cuisant qui me pesait de plus en plus, chaque seconde me précipitant vers l’abysse rocheux. Attenante, dominante et ascendante, elle m’attirait comme deux bras ouverts. Je ne pouvais me défaire d’une certaine honte, d’un embarras ubiquiste, j’étais humiliée .Incapable, insignifiante, anodine. Pas foutu d’entrer dans la vie ni même d’en sortir. J’étais pathétique. J’allais, enfin, inspirer un peu de volonté à mon destin. La vie désagréable, futile et surtout inutile dont j’avais hérité prendrait fin. Prononcerait son dernier mot. Jouerait sa dernière note. Un tas de synonymes, de phrases mélodieuses se bousculait dans ma bobèche étriquée ; elles dansaient gaiement, fusant de toute part, se chevauchaient, elles montaient en moi, aucune d’elles ne voulaient prendre pour partenaire une de ses compères, elles se contentaient de sauter, tourbillonner joyeusement ; ce tintamarre tonitruant devenait presque insupportable. Large, ouverte, lucide et dépourvue de la moindre once de crainte, je m’avançais vers le précipice, je souriais bercée par cette délectable certitude ; en finir. Gagnant de ce fait un peu « d’estime de moi-même ». La mort semblait si douce, facile, elle ne demandait rien si ce n’est qu’on vienne à elle. Jusqu’à ce jour je ne m’étais rien dû : conçue par négligence, ou malchance comme disaient certains. Accablée le plus souvent par le simple fait d’exister. Née par expulsion, comme tout en chacun. J’avais grandi sous les assauts perpétuels et les boniments accusateurs. Bref, ma vie n’avait rien d’enviable, elle n’était,-la plupart du temps-, faite que de soumission, une inféodation contre laquelle elle ne luttait pas. Je m’étais subi, moi, mes pensées, mes désirs, mes besoins, mais aussi ceux des autres, leurs choix et leurs opinions ; je ne m’appartenais pas, j’étais une sorte de… Bien publique. L’envie de me voir disparaître sommeillait en chacun, même en moi. J’allais enfin exhausser leur souhait, j’allais enfin reprendre le contrôle de MA vie. Ici je pourrais m’épanouir. Exceller dans mon art, cette fois ci serait la bonne.
Pointues, colossales et profondes ces chutes surplombaient un énorme récif caillouteux et rugueux. Vous ne pouvez pas imaginer mon bonheur à cet instant là. Les kystes pierreux m’embrocheraient. Avec la vitesse que mon corps atteindrait à cause de la gravité et de la hauteur de cette falaise, mon corps s’éclaterait en mille morceaux ! Dernière possibilité, la plus douce, le choc de l’accueil de l’eau m’abattrait m’assurant une noyade sans douleur. J’étais emplie d’une allégresse insoutenable, je humais l’air à grandes bouffées. Le vide m’attirant inexorablement, un attrait que je n’avais que peu connu auparavant. Tapie en dessous de moi, la mer me dévorait de ses yeux d’écume. Elle me désirait ardemment, elle voulait que je m’écrase sur son faciès, que je me noie dans ses entrailles.


# Vous #

Prénom : Ouaip bof, pas envie x)
Age : 17
Sexe : féminin, bien évidemment xD
Ville : Liège
Comment avez-vous connu le forum : Par hasard =D
Critiques : Aucune pour l'instant x] ~


Dernière édition par Midori Minfu le Sam 10 Oct - 19:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 18:40

Suite ~
J’allais sauter.
J’allais bientôt exhausser son vœu à elle aussi, je me blâmais d’être si excitée, l’appréhension craintive s’était noyée dans le torrent d’adrénaline ; la béatitude de ne plus rien percevoir. Moi qui croyais que la récidive me blaserait,- il faut savoir que j’avais déjà fait deux tentatives qui s’étaient avérées être des échecs cuisants, me trancher la gorge avec un kunai en plastique et me pendre avec une corde trop fine qui céda sous mon poids étaient des expérience peu concluante. J’étais définitivement anormale. Ils avaient raison, au final. Encore un reproche ? Ne mourrais je pas pour y mettre fin, justement. Les sermons stridents, les discours vaseux, les jérémiades m’avaient assez entourés comme ça. Elles m’exacerbaient au point de ne plus tenir à cette vie qui ne valait rien.

J’allais sauter.

Je disposais à présent de quelques secondes pour réfléchir, songer à la simplicité gracieuse de la mort. J ne voulais pas m’accorder trop de temps, le loisir de cogiter n’aurait pas pris mon parti et comme chaque Homme la peur m’aurait assai. Hors il n’en était pas question ! Je jouissais pleinement de mes derniers instants, avec une joie certaine. Le vent me poussait en avant, décidemment même la nature souhaitait ma mise à mort. J’allais impulser une petite branche à mes talons quand…

« Venez avec moi. »
Une voix d’homme venait de sortir du vent. Timbrée, légèrement grave, elle avait l’air presque irréelle.

« Oui, vous avez très bien entendu. Je veux que vous me suiviez. »
La voix me contraint à pivoter, vérifiant de ce fait qu’un corps en était bien à l’origine. L’homme vêtu de noir était assis sur une roche massive, jambes croisées, les mains posées sur son genou, il me dévisagea comme on ne l’avait jamais fait. Scrutant la moindre parcelle de mon faciès à mes talons.


« Qu’est ce que tu m’veux ? Tu ne vois pas que je suis occupée ? »

Il sorti un petit rire comme riposte, un rire sincère, baigné d’une certaine gaîté. Ses fines lèvres se relevèrent, découvrant une rangé de dents étincelantes, délimitée par des canines crochues.



Je m’avançais

Quand je suis arrivée à un mètre de lui, il stoppa net son rire tonitruant. Je m’arrêtais, ça n’avait pas de sens, cette scène ne portait aucune raison, décousue, dépourvue de logique. Qu’est ce que je faisais ? J’en avais même oublié pourquoi je m’étais approchée. Il m’avait dérangé, interrompu dans l’accomplissement de mon rêve, je lui lançais avec brutalité :

« LAISSE MOI TRANQUILLE ! Tu ne vois pas que je suis en train de ME SUICIDER ? »

« Si si j’avais remarqué, ne t’en fais pas j’ai une très bonne vue. Je te proposais justement de venir avec moi. »

« Non »

« Je ne te demande pas grand-chose pourtant, de toute façon tu veux mourir tu l’as dit toi-même, ça ne te feras rien d’attendre un peu et de venir avec moi. »

« Non, tu comprends pas ou quoi ? »

« Qu’est ce que cela change d’attendre un peu… Etant donné que tu as déjà raté ta vie… Enfin vraisemblablement raté ta vie. »

« Non ! Non ! Non ! P*tain t’as pas d’autres choses à faire ? »

Je hurlais, gesticulais, me tordais dans tout les sens pour Lui faire bien comprendre qu’Il n’étais pas le bienvenue que je voulais rester seul, que L’accompagner ne me rapporterait rien de plus. Il tourna la tête d’abord, comme si j’avais exagéré, Il me boudait. Quoi moi injuste ? Non je veux juste la paix, j’ai choisi un endroit désertique dans ce seul et unique but.

Je haussais les épaule avant de retourné de là où je venais, le bord de ce précipice si chaleureux. Il n’allait pas me gâcher le plus beau jour de ma vie ! Je pompais d’énormes rasades pour me détendre et me défaire de la frustration que cet abrutit avait fait naître en moi. Le paysage me semblait plus sauvage qu’auparavant. Est-ce que…Il était encore là ?

Oui mais non je n’allais pas me préoccuper de Lui, Non mais oh ! C’est l’excellence qui m’attend, le plus beau jour de ma vie, l’accomplissement d’un désir inassouvi et omniprésent. Malgré cela je ne pouvais m’empêcher de m’interroger sur le fait qu’il soit parti ou non, et puis qu’est ce qu’il me voulait à moi ? Les jeunes filles dépressives ça court les rues ! Je décidais donc de l’ignorer, méconnaître ses interrogations qui polluaient mon esprit. Mais je n’étais plus tranquille, mon intimité s’était évanouie, je ne voulais pas qu’on me regarde mourir, je voulais mourir seule, en paix, par ma propre volonté, ne rien devoir à personne, m’estimer, me valoriser, ne serait ce qu’un peu, avant de m’exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 18:42

Je me retournais, maussade.

« J’aimerais mourir en paix ! »

« C’est pas toi que je regarde, c’est le sol. La terre rugueuse de ce lieu est très prisée, je me demandais pourquoi. D’ailleurs je vais prélever quelques échantillons. »

« Arrête de te foutre de moi ! Il n’y a rien de prisé dans une terre où rien ne pousse, je sens tes yeux ! Tu me mattes, me détaille. »

« Tu te fais des idées. »

« Dégage ! »

« Pourquoi ? »

« N’as-tu pas des loisirs ? Des obligations ? Quelque chose d’autre que de mater des gens se suicider ! »

« Non. Quoi que j’ai un rendez vous mais dans trois heures, alors j’ai le temps d’admirer le sol. »

« SI TU TE BARRES PAS JE VAIS TE CASSER LA GUEULE ! »

« Dans le cas échéant tu ne seras plus la victime mais l’assassin. »

«… »

La paix. C’est tout ce que je voulais. Une notion simpliste. D’une simplicité extrême, pourquoi ne me comprenait Il pas ? On aurait dit que… Ca le passionnait, peu de gens reste de marbre en voyant leurs congénères mettre un terme à leur existence.

« Pourquoi tu ne veux pas que je meurs ? »

Ses mirettes me fixèrent avec douceur, des souvenirs passèrent dans son iris violet. Je le détaillais à mon tour, trapu et élancé, couvert d’habits noir, brodés de fils d’or par endroit. Des cheveux noir jet, ils lui tombaient dur le nez et masquaient de temps à autre ses prunelles. En me concentrant sur celles-ci, je pus distinguer toutes les nuances, les reflets et les coloris semés de ci de là. Du bleu céruléen au violet ombreux, ses prunelles avaient un effet magnétique. Ses yeux semblaient jauger le monde, lui lancer un défit, l’onirique combattant le réaliste, ils étaient encore plus étonnants que mes mirettes mielleuses.

Après une longue léthargie Il se décida à me riposter.

« Je ne sais pas, j’ai vu beaucoup de gens mourir. Sans même intervenir, mais toi tu dégages quelque chose de particulier. Alors suis moi. »

Il scruta le ciel quelques instants, attendant sans doute ma réponse, puis rabaissa son regard vers moi et me sourit. Il se permettait vraiment de me juger ? Ou plutôt de jauger ma valeur ? Que je sois bonne à jeter ou à garder ne le regarde pas !

« Je fais ce que je veux de mon corps et de ma vie ! »

Il éclata, d’un rire strident, gai et emplie d’une certaine joie de vivre.

« De toute façon c’est trop tard. Tu n’as plus envie de sauter n’est ce pas ? J’ai réveillé ta curiosité. »

La frustration grimpait en moi, tel un ascenseur elle s’arrêtait un instant, pour reprendre de plus belle. Elle était loin mon excitation, envolé mon bonheur, Il avait tout gâché.

« T’AS PAS LE DROIT DE ME PERTURBER ! Sors de ma vie. »

Il me fixa avec gravité.

« Si je te perturbe c’est de ta faute et non de la mienne, met toi donc hors de ma portée et je ne te perturberais plus, mes paroles n’auront plus le moindre effet sur toi. Mais étant de nature curieuse j’ai une question. »

« Se mettre hors de portée, alors qu’un crétin me toise de haut en bas depuis des dizaines de minutes ! Je ne suis pas impassible mais plutôt impulsive alors dégage avant que je me fâche ! »

Je perdais mon souffle tout au long de mes répliques, elles se dénudaient peu à peu, perdant leur voile d’agressivité et gagnant de l’intimité. Je ne pouvais m’empêcher de m’ouvrir à Lui. Il était pourvu d’une certaine éloquence, de charme, un charisme indéniable, mais ce n’est pas ça qui me touchait. A vrai dire le fait qu’il soit beau ou élégant ne me faisait aucun effet, c’était qu’il soit une oreille attentive qui m’enchantait autant. Au fil des minutes, des heures, mes insultes prirent un goût affectueux et non piquant à ses yeux. Il les acceptait même en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 18:42

« Dis moi. Pourquoi vouloir mourir au juste ? »

« Crève je te dirais rien ! »

« Bien ne me dis rien, garde tes raisons, mais raconte moi au moins ton parcours. »

Mon parcours ? Plein d’embûches, désastreux, répugnant mais surtout pathétique, il ne valait même pas la peine d’être conté. Personne ne méritait d’entre un récit baignant de nullité. Que dis je baignant ? Empestant, imprégné, une odeur détestable qui ne voulait pas se détacher de moi.

« Très bien, si tu y tiens »
°°°




Chapitre II : Is The End When I Begin


A l’époque, tout nouveau venu était accueilli à bras ouverts, acclamations et festivités rythmaient sa venue au monde. Sur la petite île où je vivais, personne ne pouvait ignorer l’existence des « Minfu ». Journaux, représentations et (festivités) en tout genre les (accueillaient) non avec mécontentement, ils étaient connus et reconnus. Du plus grand bouseux au plus riche bourgeois, le bandit le plus infâme ou l’alcoolique le plus atteint, tous leur accordaient un respect certain ; leur réputation n’était plus à faire mais à préserver. Exemple de droiture mais aussi de singularité, ce clan avait un air impérial. Entrevus rarement ces individus vivaient reclus du monde extérieur, entourés d’animaux en de toutes sortes, ils n’aimaient pas se pavaner avec talonnés par ce « cortège » de bêtes.

Ils n’étaient pas non plus insociables, ils se présentaient à la vue du monde certes mais seulement si besoin il y avait. Tout en eux me fascinait, leur air posé- parfois hautain-, leur faciès au coloris original. Inconnu jusqu’alors cette beauté illuminait le monde, côtoyée au quotidien, elle blesse, brûle et crée des plaies qui ne cicatrisent jamais. La singularité blase, la supériorité émousse. Bien sur j’étais entrée dans l’illusion qu’ils maniaient si habilement, j’ai fini par croire que j’étais leur égale. Or ce n’était pas du tout le cas ; Vite remise à ma place- loin de l’olympe et de ses divinités animales- je n’étais vraisemblablement qu’un clinex.

« Minfu… J’ai vaguement entendu parler de cela, à mes yeux ce ne sont qu’une bande de sauvage mais chacun possède sa propre vision. Comment ça un clinex ? »

« M’interromps pas ou j’arrête ! »

Il se tut en tournant la tête, comme vexé. Il gardait cependant toute son attention, comme s’il attendait la moindre indication, avec des yeux pétillants communs à ceux des jeunes enfants.

Je poursuivis donc.

Je ne souhaite à personne de cohabiter dès l’enfance avec la principauté. On se réalise très vite la gravité de sa médiocrité- d’autant plus si on nous la rappelle sans vergogne- on m’a toujours reproché ma transparence : j’étais une ombre feutrée qui gambadait joyeusement dans toute la demeure. Souple, gracile et surtout discrète, si discrète que ne saisissait même pas ma présence. Au premier cri, j’accourais, sans piper mot- car c’est ce qu’on m’ordonnait- j’écoutais attentivement les instructions, indications et ou réclamations avant de les exécuter. Mon enfance ne fut – au final- que mutisme et servitude. Un prélude si gracieux qu’il est difficile à effacer. Je me remémore inlassablement les jérémiades quotidiennes « tu devrais te montrer reconnaissante après ce qu’on à fait pour toi » ou « je t’ai élevée, choyée et nourrie et voilà comment tu me remercies ». Des reproches classiques mais efficaces qui – à l’époque- me faisaient grand effet, talonnés par mes excuses et mon exécution silencieuse. Les membres les plus éminents me toisaient avec un certain dépit, je n’ai compris pourquoi que bien plus tard, de mon coté, en réponse à ces regards hautains, une rétorque assez ironique, large sourire et plissage de robe étaient mes armes face à ses yeux de faucon.



Je ne dirais pas que j’étais une domestique, plutôt une locataire, monnayant son logement et sa pitance avec des corvées diverses, faute d’argent le nature était le seul payement envisageable. Des tâches aisées ou ardues, tout dépendant de l’humeur de la « patronne » elle ne semblait pas me porter dans son cœur celle là, Le maître de maison, lui, me considérait avec amabilité et délicatesse. Ses raisons m’éclairèrent par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 18:43

On me reconnaissait grâce à ma crinière olive et mes yeux miel, enfin comparée aux autres je n’étais pas vraiment spéciale, talonnée par des yeux volatiles ou bestiaux, quand au scalp ils avaient des couleurs plus originales que la mienne, violet, bleu outremer, lapis-lazuli, saphir ou topaze. Je ne faisais pas vraiment « cloche » dans cette jungle détonante. Habile et souple j’arrivais à me faufiler n’importe où.

Ce facteur additionné à ma curiosité maladive (et à déveine) a fait en sorte qu’une dispute houleuse entre les deux maîtres de maison me soit retransmise, grêle et gracile je m’étais plaqué contre le mur, ma présence était bien sur voilée par la porte, qui,- sous l’entrée fracassante de la maîtresse-, s’était ouverte. L’accès à cette chambre m’était normalement interdit mais l’appétit de savoir ce qui s’y trouver m’avait poussé à y pénétrer. L’épaisse planche de bois me protégeait de la vue mais aussi des foudres de la maitresse de maison, cette dernière s’acharnait sur son conjoint, on aurait dit que ses prunelles améthystes lançaient des éclairs, traitant le pauvre homme de tout les noms ; elle reflétait plus les traits d’une harpie que d’une « dame ». Vint enfin le sujet de la dispute, entre deux injures bien choisies, que je ne prononcerais sous aucun prétexte, signifiant tout simplement que j’étais une enfant illégitime, que ma présence ne faisait que l’échauffer. Me tuer non, elle ne voulait pas mettre fin à mes jours, pas encore, elle désirait simplement me faire nicher dehors. Même leurs bêtes étaient postées à l’intérieur, alors moi l’extérieur ? Une affirmation, talonnée part un immense tilt, toutes mes questions avaient trouvées leurs solutions, le dépit des autres, l’agressivité de cette femme, l’amabilité de l’autre mais aussi le fait que moi aussi je puisse assimiler les bruits,- parfois inaudibles-, de certains animaux.

Je me découvris, balayant à mon tour la porte dans un grand fracas, les mirettes embrumées, le regard hargneux, je les toisais une dernière fois avant de me faufiler dehors ; chose qui ne s’avérait pas facile. Dépités mais aussi craintifs du fait que ce secret puisse être ébruité, ils ont essayés de me retenir par leurs mots, d’abord. S’en suivi une rasade de coups dont j’évitais les trois quart avant de réussir à m’échapper, même là je ne demeurais tranquille que peu de temps. J’ai du fuir, car en plus des nombreux membres me poursuivant, un chasseur de prime avait été enrôlé ; à croire que leur réputation valait de l’or. Bien sur, au bout de quelques temps la lassitude pris ses aises, ils ne me poursuivirent plus, mais moi aussi, de mon coté je me lassais de vivre au jour le jour ; voilà pourquoi je suis ici.



Chapitre III ; Instruction et boniment quel châtiment ♪ ( un peu baclé pour finir x_x)

Il percevait mes dires sans avoir l’air de bien suivre, cependant il eut la décence de ne me poser aucune question « embarrassante », après une séance d’humour et de persuasion j’ai décidé de le suivre, finalement. Les joues couperosées par la joie, Il m’amena directement chez lui, de mon coté je ne manifestais pas plus de gaité qu’avant, je la toisais avec un air de plus en plus perplexe, on aurait dit une autre personne. Ou plutôt qu’Il était retourné dans l’état primitif enjoué de l’enfance.

Lorsqu’ Il me présenta sa maison (si on peut appeler ça une maison), Je n’y cru pas d’abord, lui demandant si c’était bel et bien là qu’il habitait, recevant un « bien sur » en rétorque. Une fois à l’intérieur je traversais, étonnée, une demeure qui incarnait parfaitement le modèle de la luxure extravagante. Il fallait franchir un large vestibule rond à colonnes, grimper le long de fines marches en marbre, j’évitais les rideaux qui s’élevaient ou descendaient,- tout dépendant de l’endroit- en fumée sinueuse. Je mirais les jardines ou des statuts étranges étaient dressées. Les couloirs, eux, portaient reproduite à l'infini une odeur persistante, un parfum féminin dont j’ignorais la provenance, quelques tableaux à l’effigie des membres de sa famille étaient plaqués le long des murs. Sa chambre se trouvait au bout du couleur, une vaste pièce jaune topaze, dans laquelle Il m’invita à séjourner, avant de faire ses présentations. Je m’assai sur une chaise près de la porte, Il prit vite place à coté de moi.

« J’oubliais les banales présentations, mon nom est Shinta Moromaru »

[Shinta… Il n’avait pas une tête à s’appeler comme ça, je retenu mon rire de peur de le vexer, et interrompis le silence à mon tour

« Moi c’est Midori… Minfu Midori »

L’ambiance tendue laissa place à la camaraderie, Les rires fusaient, les voix perlaient, les blagues en tout genre firent leur entrée, que ce soit sur mes cheveux vert fluo ou ses yeux violacés, l’un mettait en avant les défauts de l’autre et vis versa. La journée passa sans même que je m’en rende compte.

Le second jour fut encore plus doux et drôle que le premier, Shinta habitait apparemment seul, alors tout lui était parmi, saccager le logis n’était plus un sacrilège mais un divertissement auquel je me prêtais avec beaucoup d’enthousiasme, après tout la bonne était payé pour nettoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 19:01

Les jours qui suivirent s’annoncèrent plus rudes, Il avait eu une illumination et voulait de ce fait m’apprendre les techniques ninjas qu’Il connaissait, remplaçant le titre d’ami par celui de tuteur, Il était stricte, discipliné presque imperturbable dans l’exercice de cette fonction. Chose qui se montrait utile vu que j’apprenais assez rapidement.
Puis le tuteur laissa place au perfectionniste, qui voulait que je sois un chef d’œuvre, mon faciès singulier l’aurait intéressé, mais l’apparence ne prime pas sur le reste, je devais être forte, surpassant l’idéal simpliste que les gens se font généralement. Surpasser la nature, la mettre à bas, voilà son but, Il ne poursuivait que ce rêve.

« La nature est pathétique, même quand elle se surpasse elle n’arrive qu’à peu de chose ; la beauté. Une fleur c’est beau, 20 fleurs c’est lassant un champ de fleurs, c’est ridicule. Voilà où j’interviens, je rehausse son niveau, la diversifie, elle se complet dans un seul aboutissement ; la beauté. Mais la beauté n’est qu’illusion, la fleur se fane, Je veux crée plus que cela, une beauté qui ne se fanerait pas, qui serait plus que cela, bien plus qu’un effet de la nature. »

Lorsque je l’écoutais broder des discours, j’étais totalement d’accord avec lui, en symbiose avec ses idées, sa vision m’attirait au plus haut point, si bien que lorsqu’il m’a demandé de le suivre, de suivre son concept assez basique. Garder la même apparence grâce à un jutsu me permettrait d’être son idéal, un simple artefact médical me gardant éternellement jeune. Chose qui ne se fit pas. Shinta fut gangrené par je ne sais quoi, qui l’éteignit peu à peu.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Présentation présente sur Naruto Furie seulement ( plus ici xD)

Vous riez mais il m'est arrivé de cotoyer le plagiat de près è_é
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyùavatar



Sexe : Féminin
Participations : 65
Âge du shinobi : 23
Nindô : « Maman... ? »
Apparition le : 30/08/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 22:14

Fascinante histoire. J'avais été blasée de ces suicidaires, mais là, je suis soufflée. Ton histoire m'a complètement charmée: la richesse de ton vocabulaire, l'aisance avec laquelle tes phrases sont tournées, l'envoûtement de ces lettres qui dansent devant mes yeux... Quand je dis ça, c'est que vraiment, ça m'a beaucoup plu, tant je peux m'avérer exigeante sur la qualité des posts.

Mais trèves de bavardages, voiçi ton Test RP! :) S'il est en rapport avec une partie de ton histoire que tu ne souhaite pas révéler au «grand public», tu peux me l'envoyer par MP. ;)

Raconte moi ces premiers jours en détails, ces deux premiers jours passés chez Shinta, à découvrir une vie «autre» que celle précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 23:07

Merci beaucoup, peu de personnes me lisent en général, mettant un hola aux nombres de lignes et non au contenu =o Enfin bref ^^ je ferais ce test demain =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yujirôavatar



Participations : 70
Nindô : La haine ...
Apparition le : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 3 Oct - 23:56

Bienvenue. Je n'ai fais que lire ... et relire ton histoire =) Elle est splendide vraiment, encore bienvenue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Dim 4 Oct - 0:47

Oui, peu de personnes lisent les pavés, c'est pourquoi nous avons expressément précisé de ne pas faire un roman sur la fiche modèle, ce que tu as quand même fait xD. Bien évidemment, ça ne jouera pas en ta défaveur lol. En revanche, ce n'est pas parce qu'un membre poste une longue histoire qu'il sera privilégié compte-tenu de cette indication. Il y a bien entendu des minimums à satisfaire selon les "souhaits" du membre, par rapports au grade visé ou s'il vise un pouvoir spécial, mais ensuite on se base sur le contenu comme tu le dis. C'est surtout ça qui va compter pour le post RP, et tu sembles bien parti car au niveau du fond et de la qualité, ce que tu as fait est très bien !

Après je suppose que tu avais déjà ta présentation toute faîte, ce qui explique pourquoi tu as tout de même posté un truc plus long que la moyenne. Je te comprends tout à fait, car je fais de même en parachutant mes pavés que j'ai déjà faits, alors qu'on en demande pas autant xD. Quoi qu'il en soit, tout ça pour te dire que pour ton test RP, il faut que tu satisfasses un certain nombre de lignes oui, mais inutile d'en faire autant que pour ta présentation : Ca te fera gagner du temps, et tu as de toutes façons un bon niveau^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Lun 5 Oct - 18:42

C’était nous _ »


« Green & Grenadine SOUND °


Je ne pouvais m’empêcher de me sentir oppressée, bercée dans cette pièce couleur de miel,-ou plutôt de soleil-, quelques gerbes de lumières venaient se heurter contre les parois vitrées. Moi, je me contentais de Le dévisager espérant un geste, un regard, un mot de sa bouche. C’est tout ce désirait un cœur comme le mien. Un silence pris solidement ses assises.
L'amas d'édredons sur lequel j'avais passé était aussi duveteux et cotonneux qu'un nuage. J'avais atteint une béatitude au combien ample ce soir là (sans équivoque). Enfin l'heure du réveil sonnait le glas de cette belle nuit, je me souviens que la Lune avait été particulièrement belle ce soir là.
Le satellite s'évanouit au crépuscule, la succession du jour et de la nuit paraissait être quelque chose d'abracadabrant,-du moins pour moi-, mais bon l'anodin de l'un peut être la merveille de l'autre.

Je saisis une mèche d’écume et commençais à la becqueter gaiement,- pour attirer l’attention ? Non pas vraiment, c’était un tic que j’avais à l’époque et que j’ai toujours- un éclat de rire fit alors son entrée, non accompagné par un cortège strident comme à son habitude, on aurait plutôt fit qu’il toussait… Une toux fraîche et apaisante, Il avait vraiment quelque chose, quelque chose de « spécial » mais je restais perplexe sur la nature de cette « spécialité ». J'ai fini par le fixer, examiner les personnes m'entourant était un passe des plus courant, signe de timidité ou de stupeur? Même moi je ne savais pas, il y a certaines choses qu'on dit être instinctives, peut être que oui, peut être que non.
J’ai fini par entrebâiller le bec à mon tour,- toujours cette vrille sur la langue :

« Qu’ech qu’y a ? »

Ca a eut l’effet d’une bombe – chose que je n’ai pas encore admise- il a commencé à s’éclaffer, glousser, se moquer, plaisanter, pouffer, railler, ricaner, rigoler, se bidonner, se divertir, se gondoler, se poiler, se tordre. Bref la situation était- à ses yeux- désopilante.
Un regard sarcastique cadençait aux rythmes de ses gloussements, j’avais envie de dire mais va te faire… voir ailleurs ! Mais restons zen, même si ce n’était pas genre, j’ai fini par en rire, au bout de 15 minutes de mutisme, j’ai ris.
Oui moi, j’ai ris de moi ! Ca n'arrivait pas souvent, à vrai dire, je ne m'étais jamais amusé avec des"êtres humains"
Mais bon tout vient à point à qui sait attendre, la réparation de cet affront viendrait tôt ou tard. Blague mises à part, c’était peut être drôle au final. Quoi qu’il en soit ce petit intermède injurieux nous a un peu décrispés, il a commencé à me raconter sa vie. J’étais toute ouïe évidemment. Après ma « confession » il se devait en quelque sorte de m’octroyer une légère compensation. J’ai assimilé toutes les informations possibles et imaginables tout ce qui se libérait de sa bouche se faisait aussitôt aspirer pour relâcher par la mienne. Chaque divulgation me faisant tomber des nues. Il avait la vingtaine, était fils unique et bientôt orphelin, il avait hérité d’une somme importante ce qui fait qu’il ne craignait pas grand-chose dans la vie. La bonne a fini par interrompre l’interrogatoire, je n’ai pus m’empêcher de m’exclamer « arf » jargon qui d’après madame n’était pas user devant monsieur. Cette bonne femme me déroutait – un peu… L’individu semblait avoir été conçu autour de son ventre, une femme ronde les yeux en billes et la bouche en O. Quand elle nous servi le thé et laissa place, je n’ai pas pu me retenir, j’ai gloussé aux larmes.
Nous avons repris nos aises, discutant de tout et de rien, du beau temps, des oiseaux, de ce qu’on allait manger, du physique invraisemblable de la domestique (elle n’était pas la seule mais c’était la plus drôle de toutes !).
Jour II


« On lutte longtemps contre les évidences et parfois les projets les plus fous nous séduisent immédiatement »

Fresh fruit __~

Il me fit entrer dans une pièce vide, du moins c’est ce que j’ai cru, en réalité, les meubles m’apparurent plus tard, le temps que… Mes yeux s’adaptent à la lumière incandescente un rouge pétant, un mélange d’andrinople, de carmin, de cramoisi, d’écarlate, d’incarnat, de pourpre, de vermeil, de vermillon. Un rouge exquis, presque irréel, des fruits rouges des meubles rouges, étaient disposés de ci de là. Je n’ai pus m’abstenir de lancer cette phrase.

« …C’est vraiment pour moi ? »

J’adorais les fruits, les fruits rouges surtout- bien que ma couleur préférée soit le vert- je me délecte de tout ce qui est matricielle, fraises, pommes, cerises « confites »… Ca donne faim tout ça n’est ce pas ?
Enfin bref, la dégustation sera pour plus tard, je ne faisais pour l’instant que remercier mon Bienfaiteur. Déposant un léger baiser sur sa pommette. Il avait les joues couperosées et moi aussi, d’ailleurs… On restait un long moment à dévorer, tout ce qui se trouver la, de peur que les fruits « fondent dans le décor » et finissent par pourrir en laissant une odeur insupportable et insondable.


On y est restés plusieurs heures, je dois dire que la notion de temps c’était perdue en route, elle gambadait surement dans le jardin chevauchait le moutonnement de pommes avant de se laisser glisser sur l’estrade placé à l’entrée. La vielle bobonne refit son apparition, c'est fou ce qu'elle pouvait m'agacer, celle là. Grands airs et diffamations cadençait son quotidien, elle m'agaçait au plus haut point, ses attitudes, son jobelin, son style vestimentaire... Tout cela faisait que je ne pouvais supporter sa présence, au début je faisais mine de ne rien apercevoir, de ses chuchotements sourds et de ses regards septiques. Elle ne me portait pas dans son coeur, mais je n'en avais pas grand chose à faire.

Quand le repas fut annoncé, j'ai gravi les escaliers comme à mon habitude je m'asseyais et ingurgiter ma pitance avant de remonter illico. Shinta,-quand à lui-, aimait discuté avec cette "sorcière", elle était à son service depuis bien longtemps. Il la considérait presque comme un membre de sa famille... Quoi qu'il en soit, je me sentais bien en ces lieux et je ne partirais que lorsque j'en aurais l'envie, le besoin, voir la demande ~


Dernière édition par Midori Minfu le Sam 10 Oct - 16:23, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 6 Oct - 22:52

Lol, le Kazekage est Gaara. Et les places de Ninjas Spéciaux à Suna, tout le monde là-bas est dessus ou sera dessus vu les présentations en cours, donc là aussi ce n'est pas certain que tu puisses en être un, vu que tu serais en concurrence avec eux !

Pour le post RP, pour moi ça serait Jounin vu que t'as fait une grande histoire, mais le post RP en lui-même est bien court pour tes prétentions^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 6 Oct - 22:54

Je croyais que vous vouliez quelque chose de plus petit , mais je peux te faire un pavé romancier si tu veux xD, je triple ou quatriple si besoin est ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiraiyaavatar



Participations : 125
Nindô : Proteger la nouvelle génération .
Apparition le : 05/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 6 Oct - 22:55

Pour moi le test rp n'est pas assez élevé pour le niveau de Juunin ! Cependant ! Ton histoire et tes descriptions ont un niveau correcte , c'est pourquoi je suis l'idée de Sasuke , avec risque de rétrogration si tu nous prouves pas que lors d'un rp tu n'as pas le niveau de ta présentation , car je reste septique .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 6 Oct - 23:13

Je n'ai pas d'objection, mais comme dit précédemment je peux ralonger si vous y tenez ^^ Pour l'instant j'ai pas de problèmes imaginatifs ni syntaxiques alors enjoy =] Une prez de 7 posts, c'est long mais bon, je suis à votre disposition xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 6 Oct - 23:25

Il faut une longueur minimum en fait, comme tu dis, tripler ou quadrupler serait une bonne chose, car là il y a une cinquantaine de lignes complètes à tout casser, et compte-tenu des évènements, de ton histoire et de tes prétentions !

Comme je le disais, pour l'histoire, pas la peine de faire nécessairement un roman, la fiche modèle l'indique. Après pour le post RP, il y a un minimum à respecter, et ensuite on se penche sur le fond, la qualité. Puisque comme je le dis, les lignes tout le monde peut en faire avec du temps, savoir bien écrire par contre, ça c'est autre chose ! Donc oui, il fait une longueur minimale selon le niveau visé, puis après on se base sur le contenu^^.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 10 Oct - 13:48

Après l'effacement de Shinta,on ne sait comment ni pourquoi. Démence ou affliction, telle était la question ~
Enfin cet amok a permis à Midori de reprendre le courant de sa vie plus ou moins "normale". Après un léger tumulte forestier...


Traque Sans suite, drôle de poursuite


Chaos, jambes tremblantes. Couleur opalescente. Rouge pivoine et hémoglobine. Le sang coulait à flot versé lors d’une longue traversée. Je mirais l’individu d’un air perplexe… Qu’est ce qu’il me voulait ? Pourquoi m’avait il attaqué puis poursuivi à la manière d’un animal ? De l’argent ? Je n’en avais pas. La seule chose que j’ ai le temps de prendre en décampant de la demeure des Mamoru était un simple veston, qui de prime à bord paraissait d’assez bonne qualité certes, mais à l’allure nonchalante et à la démarche décalé dont je faisais preuve, on pouvait assurément deviner l’état de famine et d’incompréhension dans lequel j’étais plongée.


Devant moi, la rivière prenait ses aises. Elle était claire, dolente: parfaite. Elle faisait la sieste sous l'astre brûlant de l'après- midi. Un air épais et chaud, comme mielleux du soleil retient quiconque de bouger, pétulant, ardent, il exerçait son joug sur les autres. Même les ombres, au sol; se faisaient petites, s'éteignaient.

Une apparence commune aux jours illuminés de l'été.

Isolée derrière les volutes créatives formées de dunes et d’excroissances pierreuses en tout genre, je contemplais simplement l’assaillant, rigide, presque inaccessible, mœurs typiques disait on des grands penseurs. Penser, réfléchir, carburer, gamberger, c'est sur ça je savais le faire, dix milles connexions nerveuses multipliés par les dix pour cent de neurones, les nonante pour cent de cellules gliales frémissaient à chaque pulsions, enfin je vous passe le cours de biologie. Après toutes ces années, j’étais vraisemblablement devenue experte, gourou de l'analyse et des artifices. Mes réflexions semblaient rythmées par les flots incessants, se fracassant contre les roches, pour ensuite récidiver, encore et encore, un remous perpétuel qui me fascinait toujours autant. L'étendue lapis-lazuli résonnait à merveille sur le thème de la clarté, sereine, paisible, la rivière papillotait; dolente. Tout mon contraire, une multitude de questions se bousculaient l’une après l’autre. Elles dansaient joyeusement dans mon crâne étriqué par le manque de sommeil, aucune d’entre elles ne voulaient cependant prendre une autre comme partenaire, elles se contentaient de gambader et de se multiplier ; on aurait dit que ma tête s’apprêtait à exploser d’un instant à l’autre.
Je me concentrais sur l’immensité des zéphyrs, priant tous les dieux que je connaissais ou dont j’avais entendu parler un jour. Dans quel pétrin je m’étais encore fourrée.


Une longue fixation suivie, avec un fond la même danse interrogatoire. L’agresseur ne voulait toujours pas prendre la parole, quant à moi, je n’en voyais pas l’utilité (si ce n’est celle de se faire débusquer). Il ne m’avait pas encore retrouvée et c’était mieux comme ça. Après le premier assaut, j’ai eu le bras gauche percé en trois points différents et étrangement symétriques, le coup fut si violent que je n’eus même pas le temps d’identifier l’arme. Le membre couperosé par la douleur, je me retenais de crier de parler ou d’émettre tout autre son qui pourrait dévoiler ma présence. Je me décidai cependant à jeter quelques coups d’œil à fin de bien détailler l’ennemi. Je profitai donc du fait qu'il ne puisse me voir pour l'examiner plus minutieusement cette fois. Il semblait posséder une certaine carrure, buste large, épaules évasées et rehaussées, il avait l’air clairement effrayant.

De plus tous cela était agrémenté d'un coup de bœuf, contrairement à certains hommes, son cou ni droit, ni symétrique par rapport au reste de son corps lui donnait une physionomie. Rare. Après un petit tour rapide sur ses omoplates, l'étendue de sa colonne vertébrale, le bas de son dos, etc... J’entrepris de remonter à son visage, un visage aux traits drus, comme gribouillés aux pastelles. Bien qu'il soit retourné je pouvais apercevoir le moindre fait ou geste qu'il exécutait. Spoliation. Éraillures et faisceaux sanguinolent parcourant son visage.
A vrai dire il m'effrayait de plus en plus. Je m'interrogeais sur ce qui pouvait bien se passer dans l'esprit d'un "malade", car en voyant cet homme ainsi c'est la première supposition que j’émis * Il veut me tuer c’est sur !*.



La nuit fut vite venue et aucun des deux partis n’adressa la parole à l’autre, pour moi il était évident que ce détraqué voulait me dépecer, les raisons étaient bien sur moins évidentes mais l’important était surtout de ne pas se faire prendre ! Se déplacer discrètement était la solution car l’assaillant ne semblait pas avoir une bonne vue, la preuve étant qu’il ne m’’ait pas retrouvé bien que j’étais une ninja médiocre n’ayant que la moyenne en techniques de camouflage. C’était surtout de son maniement d’arme qu’il fallait se méfier, le mieux à faire,-dans ce cas-, était de s’éloigner un maximum du périmètre d’attaque tout en gardant sa couverture : chose qui ne s’avéra pas facile du tout. Mais je me rassurais en me disant que l’obscurité serait un avantage à ne pas négliger.

2ème jour~

En une nuit, j’avais crée un faussé de quelques dizaines de mètres, fuyant encore et toujours l’ennemi dont je ne connaissais pas le but, ni la quelconque satisfaction. La seconde pensé abominable qui me traversa l’esprit, surgit en apercevant le bandeau rayé de l’adversaire, un déserteur…De Suna. Deux possibilités talonnèrent ma suggestion, la première étant qu’il cherche le frisson et que j’étais tombée au mauvais endroit, au mauvais moment. La seconde détestable était celle de l’enrôlement par un banal membre de mon clan ou même des chefs de clan, chose qui me mettait dans tous ses états. L’affirmation numéro deux paraissait la plus probable, le scalp hérissé et les mirettes or tournèrent presque au vermillon, la barre de frustration venait littéralement d’exploser. L’agacement, l’agitation, la contrariété, le découragement, le désappointement, l’éréthisme, toutes et tous joignirent le bal cérébral.

Je humais l’air à grandes rasades pour retrouver mon calme, j’y mis plusieurs dizaines de minutes. Redevenant rigide et impavide, je jetai un coup d’œil en arrière. L’ennemi n’était plus ? L’avais je semé ? Avait-il abandonné ? Après deux jours de poursuite…

Il m’a fallu plusieurs jours pour en être absolument certaine, des dizaines d’heures à regarder en arrière, peur de se faire avoir oblige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 10 Oct - 16:38

Vala, j'ai triplé le rp =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 10 Oct - 21:56

Je dirais donc Jounin Elite, celui du système à venir, donc un haut niveau. Mais pas de Ninja Spécial ou de Kage du coup xD.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Sam 10 Oct - 21:58

Ok merci =) Bah c'est à voir selon la concurrence x_x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Lun 12 Oct - 19:33

Petit up ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Lun 12 Oct - 19:44

Inutile de faire ça, sachant que Jiraiya doit venir donner son avis lol. Tu vas le conforter dans son opinion initiale xD.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Minfuavatar



Participations : 27
Nindô : Vivre
Apparition le : 03/10/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Lun 12 Oct - 20:10

Le grade est attribué pour la qualité du texte et le respect des consignes, si on me rabaisse parce que j'ai posté un "up", c'est la vie.. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Sasukeavatar



Sexe : Masculin
Participations : 326
Âge du shinobi : 29
Nindô : La Haine
Apparition le : 08/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Lun 12 Oct - 20:52

Oui le respect des consignes, sauf qu'il est communément admis sur les forums qu'on ne doit pas relancer des admins qui sont en train de s'occuper de sa fiche. Ça fait genre on est des chiens qu'on sonne "Et admin, viens, faut valider ma fiche là !". Car le "au cas où on ait oublié" n'est pas une raison vu que ça fait à peine 1 ou 2 jours et que l'on en a parlé dans la CB lol. Enfin sur tous les forums où je suis allé, les membres qui envoyaient des MP au staff pour qu'il voit leur présentation où qui postaient pour les relancer se prenaient des remarques xD. Du coup j'en ai déduit que c'était un principe général, et aussi une forme de respect, car c'est pas comme si ta fiche était en suspend depuis des jours !

Bref, pas grave, évitons de flooder et voyons l'avis de Jiraiya.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiraiyaavatar



Participations : 125
Nindô : Proteger la nouvelle génération .
Apparition le : 05/09/2009

~° Général ninja °~
Level: 1

MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   Mar 13 Oct - 20:31

Je suis désolé , la grippe sa aide pas >.<

Je suis de l'avis de Sasuke , je valide , je déplace !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Midori Minfu|Fini =D|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Midori Minfu|Fini =D|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'apparition du ninja :: Ninjas validés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit